Isoler

Qualité de l’air intérieur, comment l’améliorer ?

L’air intérieur, contrairement aux idées reçues il est la plupart du temps plus pollué que l’air extérieur. En effet, l’air intérieur n’est finalement que de l’air extérieur auquel s’ajoute d’autres éléments chimiques, parfois nocifs, présents dans nos habitations.

Il est très important de maintenir l’atmosphère le plus sain possible à l’intérieur de notre logement, en effet nous y passons au minimum 10 heures par jour et nous respirons en moyenne 15 000 litres d’air au cours d’une journée. Ça en fait des polluants inhalés !

Les sources de pollutions de l’air intérieur :

Les polluants sont nombreux à nuire à la qualité de l’air intérieur et proviennent en réalité d’un peu partout. Les produits d’entretiens par exemple, du nettoyant pour le sol jusqu’au white spirit en passant par votre déodorant, tout ces produits libèrent entre autres du chlore et des phtalates dans l’air. Une chaudière mal entretenue libère des particules fines, une cheminée également. Ce sont là deux causes communément admises de pollution intérieure contre lesquelles il est facile d’agir.

Les matériaux utilisés et présents dans votre habitation sont aussi à l’origine d’une grande partie de la pollution de l’air intérieur. Les peintures, les revêtements de sol en PVC, certains meubles, les colles pour papiers peints… La liste est longue et ce sont des éléments qui libèrent des produits plus ou moins toxiques (COV, formaldéhydes, métaux lourds…) pendant des années.

(En parlant d’éléments nocifs, on parle de COV sans arrêt mais qu’est-ce que c’est vraiment les COV ? Les COV ou composés organiques volatiles regroupent un grand nombre de substances d’origine naturelle ou humaine. Toujours composé de carbone et d’un ou plusieurs autres éléments tel que l’hydrogène, le souffre ou l’oxygène. Ce sont des substances qui s’évaporent particulièrement facilement dans des conditions climatiques classiques, cette forte volatilité entraine des conséquences direct ou indirect sur l’environnement et la santé.)

Une autre cause de pollution de l’air intérieur à laquelle on pense moins, c’est une isolation thermique trop « efficace », qui empêche le bâtiment de respirer. En effet un bâtiment qui ne respire pas, c’est un air qui ne se renouvèle pas et qui se charge donc de plus en plus en polluants. En plus de ces polluants emprisonnés à l’intérieur, une maison qui ne respire pas sera inévitablement confrontée à des problèmes de condensation et donc de moisissures. Ces moisissures libèrent alors, si elles ne sont pas traitées rapidement, des spores (mycotoxines) qui sont nocifs une fois inhalés.    

La qualité de l’air intérieur peut donc être dégradée par de nombreuses sources de pollution, toutes bien présentes dans notre quotidien.

Comment lutter contre cette dégradation de l’air intérieur ? 

Après avoir identifier les sources de pollution de notre air intérieur, il devient possible de lutter contre cette dernière. Il existe pour cela quelques méthodes plus ou moins faciles à mettre en œuvre. Une chose est sure il n’existe pas de solution curative miracle, il est par exemple faux de penser qu’en remplissant vos pièces de plantes vertes, l’air sera épuré, l’impact des plantes est en réalité relativement faible sur les différents polluants de l’air.

Les peintures dépolluantes ou purificatrices d’air peuvent aider et sont parfois plutôt efficaces (elles annoncent jusqu’à 80% des polluants absorbés) à l’image de la peinture air frais n°328 AURO.

La façon la plus efficace d’obtenir un air intérieur sain c’est de limiter l’entrée des polluants dans le logement, c’est-à-dire faire attention aux produits et aux matériaux utilisés de la construction à l’entretien en passant par la décoration.

Dans la vie de tous les jours il est possible d’utiliser des produits propres, le savon noir par exemple est en mesure de remplacer un très grand nombre de produits ménagers, beaucoup d’autres produits naturels, respectueux de l’environnement et de la santé existent et permettent de réaliser un entretien sain de la maison. Ils font même parfois baisser la facture des produits d’entretien. Il suffit pour cela de se renseigner un peu et d’apprendre à les utiliser correctement en fonction des différentes situations, de nombreux ouvrages existes aujourd’hui pour vous aider dans cette démarche. Lors de tâches plus ponctuelles nécessitant des nettoyants spécifiques et plus puissants (white spirit, acétone…) qui sont bien souvent très polluants, il est également possible d’agir, en utilisant par exemple des substituts écologiques.

Pour réduire les polluants dans l’air le plus efficacement possible c’est le moment de la construction ou de la rénovation de votre logement qui est crucial par le choix des matériaux principalement.

Mettre en place des matériaux qui n’émettent pas eux même de polluants ou du mois le moins possible participe grandement à la qualité de l’air. Les matériaux écologique et biosourcés sont également respirant dans la plupart des cas et une maison qui respire en une maison saine ! Les isolants biosourcés (chanvre, liège, laine de bois…) les revêtements de sols naturels et les finitions murales écologiques et respirantes (peintures naturelles et enduit à la chaux notamment) participent donc fortement à l’obtention d’un air intérieur propre.

Un logement bien isolé et avec un système d’étanchéité bien pensé c’est également un système de chauffage moins sollicité et donc moins de risques d’émissions de particules fines.

Un dernier élément capital dans cette quette de l’intérieur sain, c’est l’aération. Un bon système de ventilation est évidemment très important mais une simple aération régulière grâce aux fenêtres et aux courants d’air sera déjà un vrai plus pour la qualité de l’air intérieur que, on vous le rappelle, vous respirez minimum 10h par jour en moyenne.

La pollution de l’air intérieur, problématique mais pas inévitable :

Les polluants présents dans l’air intérieur font partie de notre quotidien et sont responsables de maux de tête, d’allergies voir de cancers. Ils déterminent en partie le niveau de bien être au sein de notre habitation. C’est pourquoi il est important de mettre en place des solutions pour les réduire au maximum grâce aux leviers que nous avons vus plus haut.

Une dernière chose, l’air intérieur c’est également l’air extérieur, polluer dehors c’est polluer dedans, alors on dépoussière le vélo et on laisse la voiture au garage ! 

Nous serions heureux de savoir ce que vous en pensez.

Laisser un commentaire

5 × 1 =

Menu